L’Association Stéphane Lamart s’oppose aux spectacles avec animaux, tels que les cirques, les delphinariums et toutes les manifestations durant lesquelles l’animal est contraint d’exécuter un numéro pour le plaisir du spectateur.

Dans un cirque, l’animal est contraint de survivre dans un milieu inadapté à sa nature. L’exiguïté des cages, l’impossibilité de fuir, de former un groupe social équilibré et d’adopter un comportement propre à son espèce sont les sources de souffrances qui lui rendent l’existence particulièrement pénible. Voilà déjà de bonnes raisons pour refuser les spectacles avec animaux.

Mais il y a encore plus grave : la soumission des animaux à des dressages violents. Cela consiste à faire « plier » l’animal en le forçant à adopter une posture ou un comportement auquel il répugne puisque contraire à sa nature. S’il refuse, la technique consiste à lui infliger une douleur plus intense que celle qu’il ressent pendant qu’il exécute le numéro.

Le résultat est catastrophique pour l’animal qui sombre la plupart du temps dans la folie, un état dépressif, amorphe et qui présente des troubles du comportement tels le léchage des parois de sa cage (primates, fauves…), le balancement d’une patte sur l’autre (éléphants, hippopotames…), les allers-retours incessants (félins), dodelinement de la tête (éléphants, ours…), les automutilations (primates, perroquets), etc.

Il reste la fuite ou l’agressivité mais si c’est le cas, on n’ose imaginer quelles sont les représailles pour ces pauvres animaux…

Quant aux delphinariums, eux non plus ne peuvent offrir l’espace, les relations sociales et les conditions naturelles essentielles aux dauphins. Le confinement génère leur souffrance, un mal-être en captivité et leur mort prématurée.

Pour toutes ces raisons, l’association réaffirme haut et fort son opposition totale à ces spectacles et encourage fortement les parent à ne pas y emmener leurs enfants.

Pas de commentaires.

Laissez un commentaire

Nom (requis)

Email (ne sera pas publié) (requis)

Site web