moutonasl

L’un de nos enquêteurs est dépêché sur les lieux, suite à un signalement de mauvais traitements, chez un particulier détenant ânes, vache, cochons, moutons, lapins, poules, et chats. Les animaux sont parqués dans un hangar, livrés à eux-mêmes et laissés sans soins. Leur état sanitaire est alarmant.

Le propriétaire est un commerçant ambulant alimentaire pour qui les animaux ne sont que rentabilité. Pour lui, qu’importent leurs conditions de vie.

Les enclos des ânes, de la vache et des cochons dégageaient une chaleur insoutenable due aux taules métalliques. Leur couche était constituée d’un mètre de fumier. Ce qui multipliait les risques sanitaires et infectieux pour les animaux. Sans oublier les odeurs nauséabondes. L’eau et la nourriture étaient complètement absents.

Intervention vétérinaire

Nous avons mandaté en urgence un vétérinaire sur place. Les animaux étaient galeux, non vermifugés et non identifiés (ce qui aurait pu entraîner leur euthanasie immédiate). Les sabots des ânes étaient de véritables babouches.

Les animaux n’avaient pas vu de maréchal-ferrant depuis plus de deux ans. Or, les sabots des équidés doivent être parés environ tous les quatre mois.

Face à cette situation, notre avocat Me Patrice GRILLON a déposé une plainte pour mauvais traitements auprès du procureur de la République. Parallèlement, nous avons demandé la garde temporaire des animaux par le biais d’une réquisition judiciaire. Les ânes ont été évacués avec la vache vers « la Ferme du Bonheur » que nous remercions chaleureusement pour sa disponibilité. Le trappage des chats a été effectué par des bénévoles, et des soins vétérinaires leur ont été dispensés.

Six mois plus tard, décès du propriétaire

Six mois après l’intervention chez le propriétaire, nous apprenions son décès suite à un arrêt cardiaque. Ce qui entraîna d’une part, l’annulation de la procédure judiciaire, et d’autre part, le fait que notre association devienne propriétaire des animaux. Ainsi, nous avons pu prendre en charge le reste des animaux présents sur l’exploitation (cochons et lapins).
Nous pouvons maintenant proposer à l’adoption les ânes (visibles dans le département du Loiret)

Nous remercions tous nos donateurs, sans qui ce sauvetage n’aurait été que difficilement réalisable. Les animaux ont dû subir de nombreux traitements vétérinaires impactant notre budget. Ils ont repris du poil de la bête, excepté une ânesse qui succombera quelques jours après notre intervention.

Les commentaires sont désactivés.