A l’initiative de Stéphane LAMART, président fondateur de l’Association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux », reconnue d’utilité publique et agissant sur un plan national, une pétition vient d’être lancée  sur change.org pour demander que la France impose l’étourdissement de tous les animaux sans aucune exception.
L’association demande au Président de la République française, à Mesdames et Messieurs les élus et députés, l’abrogation de l’article de loi R 214-70 du Code rural, résultant de l’arrêté du 12 décembre 1997 et du décret du 28 décembre 2011 qui permet une exception à l’étourdissement des animaux, dès lors qu’il s’agit d’abattage rituel.
L’Association Stéphane LAMART, par la voix de son président, demande également que soit rendu obligatoire et sur un plan national, l’étourdissement de tous les animaux sans aucune exception, avant leur abattage. « Dans le cas où la France maintiendrait sa position, nous demanderons l’intervention de l’Union Européenne, afin que ce texte, enfin épuré de cette exception, soit rendu obligatoire et appliqué dans notre pays. »
De nombreux pays au sein de l’Union Européenne ou en dehors tels que la Norvège, l’Autriche, la Grèce, la Pologne, la Nouvelle Zélande, le Danemark, l’Islande, la Suisse, ou le Liechtenstein, ont déjà interdit cette pratique.
Stéphane LAMART tient toutefois à être précis, afin qu’il n’y ait aucune ambiguïté :
« Cette demande ne concerne que les conditions d’abattage des animaux. Je ne tiens absolument pas à engager ni polémique ni conflit avec telle ou telle religion. Notre seul but est que l’animal soit inconscient lors de sa mise à mort, afin de lui éviter tout stress et souffrances inutiles. »
Déjà en 2009, lors d’un sondage effectué par IFOP, https://www.politique-animaux.fr/fichiers/les_francais_et_letourdissement_des_animaux_avant_leur_abattage_-_ifop_pour_fbb_asso_s._lamart_oaba_snda_-_2009.pdf à la demande, entre autre, de l’Association Stéphane LAMART, 72 % des Français étaient opposés à l’abattage des animaux sans étourdissement. Cette histoire ne date pas d’hier mais Stéphane LAMART ne baisse pas les bras : « Mobiliser encore et encore, pour que le poids de notre sensibilité soit capable de changer le sort des animaux. 
Le lien de la pétition : 

Les commentaires sont désactivés.