Suite à la naissance des deux pandas du zoo de Beauval, Stéphane LAMART, président de l’association éponyme « Pour la défense des droits des animaux » a tenu à réagir :
l’association tient à rappeler qu’elle est farouchement opposée à la captivité d’animaux sauvages quels qu’ils soient dans les zoos qui, malgré tous les agencements imaginables, ne reproduiront jamais le milieu naturel dont ils ont besoin, ne serait-ce qu’en termes de climat.
Ces pandas qui d’ailleurs ne voient le jour que grâce à une insémination artificielle, doivent très vite regagner les réserves naturelles crées par la Chine et rester sous la protection étroite des autorités, comme c’est le cas pour la plupart de ces animaux depuis des années.
Le panda est directement menacé, non seulement par la déforestation, mais aussi par les futurs turpitudes climatiques qui risquent de compromettre la pousse de bambous. Mais les Chinois ont su réagir en créant ces réserves . Ils punissant très sévèrement ceux qui s’aventureraient à chasser et à tuer un des pandas qui y vivent (20 ans de prison). Grâce aux dispositions qui ont été prises, la situation s’est améliorée. Il faut donc leur faire confiance et ne pas imposer à ces animaux de venir en Europe pour le seul plaisir de nos yeux, dans un habitat qui ne sera jamais le leur. Aujourd’hui, tous les enfants sont capables d’aller sur Internet s’ils veulent découvrir et contempler ces animaux non ?
Et ceci est notre avis pour tous les animaux sauvages quels qu’ils soient, dont certains n’ont d’ailleurs aucunement besoin de réserves protégés et peuvent encore continuer à vivre tranquilles dans leur milieu naturel. Pour combien de temps ? Cela est une autre histoire, mais pour le moment, contentons-nous de les protéger, pas de les incarcérer pour nos beaux yeux… »

Les commentaires sont désactivés.