Trop souvent dans les fêtes foraines, entre autre, nous pouvons apercevoir un triste spectacle, les manèges à poneys. Ces animaux sont attelés les uns aux autres et tournent en rond toute la journée pour le plaisir des enfants et des parents qui immortalisent le moment en prenant des photos. Malheureusement, ils ne réalisent pas que l’animal sur lequel est assis leur enfant est en grande détresse physique et psychique, il n’a d’autre choix que de tourner en rond toute la journée sans avoir la possibilité de se mouvoir. Sans compter que les animaux subissent l’ambiance sonore tonitruante présente dans toutes les foires ainsi que la foule.

Le non respect du bien être animal

Les forains étant souvent en déplacement avec leurs animaux, il est très difficile de pouvoir les contrôles afin de vérifier si la législation est respectée. Ce mode vie nomade oblige les animaux à subir des heures de transport en camion, ce qui est loin de correspondre à leurs besoins physiologiques. Le temps de travail des animaux ne fait l’objet d’aucune vérification, ce qui fait que les ces animaux-esclaves peuvent travailler durant des heures, parfois sous un soleil de plomb et ne surcroit sans pouvoir s’abreuver, des femelles gestantes ont même déjà été aperçues en train de travailler… Une aberration à la quelle il est temps de mettre fin !

Le problème étant que cette activité ne fait l’objet d’aucune règlementation. Seule la Belgique a légiféré sur le sujet. Les exploitants ont dû se plier à certaines mesures à compter du 1er mai 2013 dont les principales sont les suivantes :

  • Le sol devra être recouvert d’un tapis de caoutchouc ou d’une épaisse couche de sciure afin d’absorber les chocs et d’empêcher une usure exagérée des sabots.

 

  • Les juments gestantes de plus de huit mois, les juments allaitantes et les étalons ne pourront plus être utilisés.

 

Les commentaires sont désactivés.