Depuis de nombreuses semaines, vous êtes nombreux à vous poser la question : quel est le rôle de l’unité équestre dans les manifestations ainsi que celui de la brigade cynophile ? Récemment, lors des manifestations des gilets jaunes, une dizaine de chevaux montés par les forces de l’ordre ont été observés ainsi que la présence d’une brigade cynophile.

Leur présence interpelle

La présence de ces chevaux non loin des scènes d’affrontements entre forces de l’ordre et manifestants a interpellé bon nombre de personnes, dont bien évidemment les associations de défense des animaux. Est-ce bien utile d’utiliser des animaux comme boucliers ?

Selon la préfecture de police, les chevaux permettraient de faire avancer les forces de l’ordre dans des zones dites « difficiles » d’accès aux piétons et aux véhicules. De par leur stature, l’effet dissuasif serait efficace afin de faire reculer les acteurs turbulents, pouvant commettre des infractions.

L’inquiétude concernant la présence de ces chevaux mais également des chiens de la brigade cynophile est grande. En effet, comment ces animaux peuvent supporter la nuisance occasionnée par les jets de grenades et des gaz lacrymogènes ?

Lutter contre la délinquance

Lutter contre la délinquance, c’est ce que nous apprend la fiche métier consacrée à l’unité équestre de la préfecture de police de Paris. Mais la considération de l’état des animaux dans un environnement hostile est-il pris en compte ? La nuisance occasionnée par ces confrontations est-elle bénéfique pour les animaux ? bien évidemment que non et cela peut questionner.

Les chiens de la brigade cynophile sont aussi concernés par les désagréments des manifestations, même si ces derniers sont sélectionnés de façon minutieuse pour permettre une efficacité optimale sur le terrain (les chiens sont évalués sur leur aptitude au jeu afin de connaitre leur faculté à obéir, sur leur condition physique et enfin sur leur caractère qui doit être adapté aux missions à effectuer).

Peur et désorientation

Nous rappelons que jeter des grenades et des gaz lacrymogènes à proximité des animaux peut provoquer une désorientation de leur part dû à la peur. Cette peur ainsi que les gaz lacrymogènes (pouvant entrainer l’irritation des chiens), constituent une fusion peu efficace pour maintenir l’ordre.

Certains animaux peuvent être incommodés voire blessés par ces confrontations, il faut dire stop à l’utilisation de ces animaux dans les manifestations !

Si vous êtes témoin lors d’une manifestation d’acte de cruauté envers un animal, la loi est claire : toute personne exerçant volontairement des sévices graves ou des actes de cruauté envers un animal domestique encourt jusqu’à deux ans de prison et 30 000 euros d’amende. Toute maladresse ou imprudence, constitutifs de faits involontaires sont punies d’une amende de 450 euros. Un chien gazé par exemple est caractéristique d’un acte de maltraitance.

Sources:

https://www.liberation.fr/checknews/2018/12/08/a-quoi-sert-la-police-equestre-qui-est-intervenue-lors-de-la-manifestation-des-gilets-jaunes-a-paris_169685

https://www.huffingtonpost.fr/2018/12/22/gilets-jaunes-pourquoi-une-police-montee-en-manifestation_a_23624361/

Les commentaires sont désactivés.