Le sauvetage de l’animal, Iago, un perroquet gris du Gabon (espèce en voie d’extinction protégée par la convention de Washington) a eu lieu il y a quelques jours par la police dans la cuisine de la Médina, un bar à chicha situé rue de Jean-Jaurès, à Villejuif, lors d’un contrôle pour travail dissimulé. La protection de l’animal par notre association fût immédiate.

Il s’arrachait les plumes jusqu’au sang 

Ce pauvre perroquet qui à même fait de la figuration dans des clips de certains rappeurs visionnés plusieurs millions de fois était en très mauvais état.

Lors de son sauvetage, l’animal avait les ailes coupées, le corps recouvert de graisse, Iago s’arrachait les plumes jusqu’au sang sur « le sol de la cuisine car il ne pouvait plus voler » selon une policière chargée de lui retirer tout le gras qu’il avait sur le corps.

De plus, il n’avait ni eau, ni nourriture. « Il était en train de se laisser mourir » s’exclame Stéphane LAMART.

Une enquête a bien évidemment été ouverte pour « mauvais traitement par négligence ».

Arrivé au poste de police, Iago a décliné son identité et à interroger les enquêteurs « c’est quoi ce problème ? »

Absence d’autorisation de détention

« On n’a pas trop l’habitude de gérer ça,  mais il a était saisi en raison de son mauvais état général ainsi que de l’absence de toute autorisation de détention » indique Stéphane LAMART  qui a pris sous son aile le perroquet « le temps qu’il soit placé dans une volière avec d’autres perroquets ».

L’association Stéphane LAMART  « Pour la défense des droits des animaux » s’occupe tous les jours de la protection animale en proposant des adoptions d’animaux (http://www.associationstephanelamart.com/adoptions/) ou en menant des sauvetages d’animaux comme c’est le cas ici.

Acheté sur le boncoin 

Le numéro inscrit sur la bague du perroquet Iago ne correspond pas aux papiers que son propriétaire a fournis à la police lorsqu’il s’est présenté pour le récupérer. Le soi disant propriétaire de l’animal assure que « c’est la première fois qu’il était à la chicha ».  Il a essayé à plusieurs reprises de reprendre Iago, en vain.

Il se défend en affirmant « que Iago est un membre de la famille, qu’il vit en liberté chez lui et a une cage », il continue en disant que « s’il lui manque des plumes, c’est parce qu’il a été secoué » lors de son sauvetage… »je l’ai très bien éduqué après l’avoir acheté sur le boncoin » conclut-il.

L’association Stéphane LAMART est tous les jours mobilisée afin de venir en aide  et protéger les animaux qui souffrent d’actes de cruauté et de maltraitance.

Vous pouvez retrouver dans l’article du Parisien les faits qui relatent le sauvetage de l’animal par notre association:  http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/val-de-marne-iago-le-perroquet-aux-ailes-coupees-sauve-d-un-bar-a-chicha-21-11-2018-7948926.php

Les commentaires sont désactivés.