Chien mendicité

Depuis l’automne, l’association a multiplié ses actions dans la capitale, en saisissant une quinzaine de chiots âgés de moins de huit semaines. Ces animaux, exposés à même le sol, sans aucune protection contre les intempéries, étaient destinés à la vente à la sauvette. Mais elle ne compte pas s’arrêter là.

Alors qu’à plusieurs reprises, l’association avait déjà tenu à ester en justice contre des Roms pour des faits de mauvais traitements sur leurs animaux de compagnie, aujourd’hui, elle compte accentuer sa présence sur les bancs des parties civiles.

Stéphane Lamart se félicite des poursuites engagées avec le Parquet de Paris et précise :

“Saisir les animaux c’est bien : cela évite la souffrance et la misère, les mauvais traitements, la vente à la sauvette, la reproduction de chiots etc., mais ce n’est pas suffisant. L’association soutient également l’action publique en se constituant systématiquement partie civile et en demandant des interdictions de détenir des animaux. Cette peine complémentaire a déjà été prononcée par la Cour d’Appel de Paris et Alexandra, notre juriste, a récemment obtenu des peines similaires, toujours pour des faits de mauvais traitements, allant de quelques mois à l’interdiction à vie.”

Ces peines complémentaires sont des victoires, dans la mesure où elles permettent d’éviter ou de minimiser les récidives. De plus, compte tenu de l’insolvabilité des mis en cause, les dommages et intérêts que nous demandons dans ces dossiers ne sont presque jamais perçus. Les frais d’hébergement des animaux que nous saisissons ne sont acquittés que grâce aux dons financiers de nos adhérents.

L’association lutte depuis des années contre ce fléau. Elle est allée frapper aux portes du ministère de l’intérieur, de l’Agriculture, des services vétérinaires et notamment celles du préfet et du procureur de Paris. Ces derniers nous ont rassurés en nous prouvant qu’effectivement, ils avaient bien entendu nos revendications mais, pour autant, nous ne baissons pas les bras. Certes, nous avons obtenu des résultats, mais puisqu’à ce jour, des animaux sont encore sur les trottoirs, nous devons continuer.

Pas de commentaires.

Laissez un commentaire

Nom (requis)

Email (ne sera pas publié) (requis)

Site web