Bien que présentés comme des lieux de vie idéaux pour les dauphins, les delphinariums ne sont en fait que des prisons. Si les spectateurs ont l’impression de voir des animaux joyeux partageant une relation complice et amicale avec leurs dresseurs, la réalité en est toute autre.

Pour effectuer les figures imposées et obéir à la perfection, les dauphins ne sont pas simplement « dressés », ils sont affamés ! Un dauphin a besoin de plus de 20 kilos de nourriture par jour : un poisson par tour est donc une récompense très légère en comparaison à ses besoins. Plus encore, les dauphins sont arrachés de leur milieu naturel pour servir d’esclave dans l’unique but de divertir un public pas ou peu informé sur ce que les dauphins endurent pour le plaisir des yeux.

Imaginez-vous passer toute votre vie enfermé dans une pièce, seul, attendant de recevoir des ordres en espérant une récompense qui puisse combler votre faim. C’est ce que vivent chaque jour les dauphins dans les delphinariums…

L’espérance de vie des dauphins en captivité est réduite de moitié et ils se trouvent plus sujet au stress et aux maladies dues à l’eau chlorée. De plus, les dauphins sont des animaux intelligents et sociaux, qui ont conscience d’eux-mêmes à tel point qu’ils se reconnaissent dans un miroir.

Refusez ces spectacles et ne banalisez pas leur souffrance. Ne participez pas à la mort accélérée des dauphins !

Changement de législation

En mai 2017, un arrêté interministériel a été rendu visant à interdire progressivement la captivité des dauphins ainsi que la reproduction de ces animaux en captivité. Ségolène ROYAL, Ministre de l’Environnement de l’époque en est à l’origine.

 

L’arrêté règlemente également les conditions de vie des animaux restants, lesquelles n’avaient pas changées depuis 1981. Les parcs ont trois ans pour agrandir leurs bassins ; la surface minimum devra être de 3 500 m2 pour les orques et de 2 000 m2 pour les dauphins, contre 800 m2 pour l’ensemble des cétacés dans la législation de 1981 ;

le chlore ne pourra plus être utilisé dans l’eau et le contact direct entre le public et les animaux sera interdit.

L’Inde, une nation modèle en protection animale

 

L’Inde est le quatrième pays à interdire la captivité des cét

Les commentaires sont désactivés.