Interdire la vente d’animaux de compagnie dans les animaleries en France serait une évolution en faveur du bien-être animal. Alors que la Californie, la Grande-Bretagne ou encore Madrid, la capitale espagnole ont appliqué une législation permettant d’interdire ou limiter l’exposition d’animaux destinés à la vente dans les vitrines, la France est quant à elle toujours frileuse pour les suivre.

Ces avancées législatives permettent de se rendre compte que les pays, parfois voisins de la France sont conscients que la vente des animaux dans les animaleries est un véritable problème pour le bien-être des être-vivants.

En Espagne, la législation évolue.

À Madrid, la loi « Ley de Protección de Animales de compañía » votée en 2016 proscrit l’exposition des animaux de compagnie destinés à la vente en vitrine des animaleries. Cette loi concerne les chiens et les chats, les autres espèces telles que les reptiles, les oiseaux, les rongeurs, les lapins ou encore les poissons, pourront toujours être présentés derrière des vitres. Même si cette loi est incomplète notamment à cause de l’absence d’interdiction de vendre TOUS les animaux de compagnie au sein des animaleries, il s’agit d’une amélioration notable du bien-être animal.

En Espagne, dans certaines communes comme Girona, située dans le Nord-est du pays, un arrêté municipal a été pris pour rendre obligatoire les promenades d’une vingtaine de minutes, et ce, toutes les six heures par les propriétaires des chiens. Cet arrêté fait suite au règlement de problèmes de voisinage permettant d’instaurer un climat plus agréable entre propriétaires et non propriétaires de chiens. Une peine de 100 à 400 euros pour tout contrevenant est possible.

« Notre but est d’arriver à la coexistence la plus paisible possible entre les hommes et les animaux », explique l’adjointe à l’environnement de la ville, Anna Pagans.

La Grande-Bretagne et la Californie interdissent les animaux dans les animaleries.

Depuis le début de l’année 2019, une loi californienne interdit la vente des animaux d’élevage dans les animaleries, sous peine d’une amende de 500 dollars par animal, les magasins doivent tenir un registre sur l’origine des bêtes. Les animaux doivent exclusivement provenir de refuges. En Grande-Bretagne aussi, la vente de chiots et chatons est interdite. Les Britanniques n’ont dorénavant plus la possibilité d’acheter des animaux de moins de 6 mois dans les animaleries, ce qui permet de lutter contre les mauvais traitements et l’exploitation animale.

Et en France ?

Le pays continue malheureusement à être en retard sur la réglementation si ce n’est l’interdiction de vente des animaux de compagnie dans les animaleries.

Une proposition de loi est apparue en 2010 émanant du député de l’Eure, Jean-Pierre Nicolas sollicitant l’interdiction de la vente de chiens et de chats dans les animaleries. Ce projet de loi avait pour objectif d’encadrer davantage la présence d’animaux dans les animaleries, qui génère un trafic responsable de la mort de milliers d’animaux, 100 000 animaux seraient importés illégalement dans le pays.

La France ne compte donc pas légiférer sur la présence d’animaux dans les animaleries même s’il faut tout de même noter qu’une surveillance accrue est présente en obligeant les particuliers à se déclarer en préfecture et obtenir un numéro Siren dés une première portée. Le nombre de contrôles effectués restent tout de même insuffisants.

Sources

http://www.assemblee-nationale.fr/13/propositions/pion2957.asp

https://www.30millionsdamis.fr/actualites/article/830-espagne-un-statut-juridique-pour-les-animaux/

https://www.assurland.com/assurance-blog/assurance-chiens-chats-actualite/animalerie-bientot-une-interdiction-de-vendre-des-animaux_132308.html

Les commentaires sont désactivés.