Un collectif de personnalités vient de voir le jour afin de sauver la chienne Léa, croisé labrador boxer, victime de mauvais traitements par son maître dans un appartement de la commune de Chevilly-Larue (Val-de-Marne).

Cette chienne avait été laissée à l’abandon pendant plusieurs jours par son propriétaire, enfermée dans une caisse de transport, sans eau ni nourriture, bloquée au milieu de ses excréments. Elle a été découverte par les fonctionnaires de police du commissariat de police de l’Hay les Roses, assistés des sapeurs-pompiers de Paris qui ont dû briser la vitre du 2eme étage pour extraire l’animal de l’appartement.

Sur place, les sept fonctionnaires de police et les sapeurs pompiers ont aussitôt constaté les mauvais traitements en découvrant la chienne apeurée bien que non agressive. Des voisins témoignent qu’elle aboyait nuit et jour depuis plusieurs jours. C’est grâce à ses aboiements qu’elle a pu être secourue.

Les fonctionnaires de police ont alors contacté l’Association Stéphane Lamart « Pour la défense des droits des animaux » afin qu’elle prenne en charge l’animal, ce qu’elle accepta sous réquisition judiciaire afin de lui prodiguer les soins nécessaires. Aujourd’hui, la chienne se trouve dans une famille d’accueil en Normandie ; elle coule enfin des jours heureux.

Mais, contre toute attente, la magistrate du Tribunal de Grande Instance de Créteil a décidé de restituer l’animal à son propriétaire, au motif que les mauvais traitements n’étaient pas avérés. L’association ne l’entend pas du tout de cette oreille et Stéphane Lamart s’en explique : « Le fait de classer cette affaire sans suite est une remise en cause des constatations des fonctionnaires de police pourtant assermentés, avec photos à l’appui. Une remise en cause de leur intégrité et de leur sincérité, comme de celle des sapeurs-pompiers qui étaient présents. La décision du parquet est incompréhensible et injustifiable. »

D’autant que, toujours selon le président éponyme, un magistrat ne peut demander la restitution d’un animal saisi sous réquisition judiciaire, puisque l’article 99-1 du Code de procédure pénal dispose que cette restitution, si elle a lieu d’être, doit être statuée par un tribunal et non par un parquet.

En réaction, plusieurs personnalités telles que la chanteuse Stone, Raphaël Mezrahi, Philippe Bas, Bernard Montiel, Vaimalama Chaves (Miss France 2019) viennent d’adresser un courrier au procureur de la République de Créteil en lui demandant de revenir sur sa position et de convoquer le mis en cause devant un tribunal de police. Elles tiennent ainsi à soutenir Stéphane Lamart dans sa démarche pour éviter de restituer Léa à son propriétaire.

Les commentaires sont désactivés.