L’Association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux », reconnue d’Utilité Publique, était présente lundi 24 juin 2019 à 14 heures, devant le Tribunal de Grande Instance de Troyes (10), dans le cadre d’une affaire d’actes de cruauté infligés sur des cadavres de chiens, dans laquelle elle s’était constituée partie civile.

cadavres
Photo d’illustration.

Le 14 février 2018, un automobiliste a fait la macabre découverte de cadavres de chiens dans un fossé à la sortie de la commune Payns.

Ce dernier a contacté l’Association Gratouille Refuge, qui, arrivée sur les lieux, a récupéré les deux cadavres afin de les emmener à la clinique vétérinaire de Vaudois de l’Escapade.

Il s’agissait de deux mâles adultes, un Berger Allemand et un Malinois, qui avaient été incinérés depuis plusieurs semaines déjà.

Grâce à un témoin qui avait aperçu la plaque d’immatriculation du malfaiteur, la police a pu remonter à sa trace. Arrivée à son domicile, il avait déjà quitté les lieux et du sang avait été retrouvé en très grande quantité.

Parallèlement, l’Association Gratouille Refuge a découvert, non loin de l’unité de police, un chiot mort également enroulé dans un drap.

De ce fait, l’Association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux » s’est constituée partie civile dans cette affaire.

Sur les fondements des dispositifs légaux relatifs aux actes de cruauté, notre avocat au Barreau de Paris, Maître Patrice Grillon a sollicité lors de l’audience de lundi, à 14 heures devant le Tribunal de Grande Instance de Troyes, 2 000 euros de dommages et intérêts ainsi que 1 200 euros au titre de frais judiciaires en rappelant qu’en terme pénale, le prévenu est susceptible d’encourir 2 ans de prison et 30 000 euros d’amende.

Les commentaires sont désactivés.