L’Association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux », reconnue d’Utilité Publique, sera présente demain, jeudi 23 mai 2019 à 13 heures 30, devant le Tribunal Correctionnel du Havre (76), dans une affaire de sévices graves infligés sur une chienne dans laquelle elle s’était constituée partie civile.

sévices graves
©SHPA

           Arrivée à la Société Protectrice des Animaux (SPA) du Havre à 5 mois et non identifiée, Nala pesait seulement 11 kilos, avait les deux cols du fémur fracturés et se traînait en s’appuyant sur ses pattes avant pour pouvoir avancer.

Le voisinage qui entendait constamment hurler et pleureur l’American Staff et un ouvrier travaillant sur la façade de l’immeuble qui l’avait aperçu enfermée dans un appartement « immonde jonché de déchets », avaient signalé sa détresse.

Un membre de la famille du mis en cause avait donc pris en charge Nala et l’avait emmené à la SPA le 30 décembre 2017. Suite à cela, cette dernière a porté plainte le 15 janvier 2018 et a lancé une pétition, ayant atteint 18 000 signatures à ce jour, afin de poursuivre en justice le prévenu, qui de surcroît, n’avait pas le permis de détention de chien de catégorie 1.

L’Association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux » a apporté son soutien dans cette affaire en se constituant partie civile.

Sur les fondements des dispositifs légaux relatifs aux sévices graves, notre avocat au Barreau de Paris, Maître Patrice Grillon sollicitera lors de l’audience de demain à 13 heures 30 devant le Tribunal Correctionnel du Havre, 2 000 euros de dommages et intérêts ainsi que 1 200 euros au titre de frais judiciaires en rappelant qu’en terme pénale, le prévenu est susceptible d’encourir 2 ans de prison et 30 000 euros d’amende.

Les commentaires sont désactivés.