L’Association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux », reconnue d’Utilité Publique, sera présente demain, mardi 18 juin 2019 à 8 heures 30, devant le Tribunal Correctionnel de Béthune (62), dans une affaire de sévices graves sur plusieurs équidés dont la détention de cadavres, dans laquelle elle avait porté plainte et s’était constituée partie civile.

Cadavres
Photo d’illustration.

Le 17 mai 2018, l’une de nos enquêtrices s’est rendue dans une ferme de Mazingarbe dans le Pas-de-Calais après avoir été requis par la Police Municipale de la commune.

Arrivée sur les lieux, notre enquêtrice avait découvert les animaux de la ferme dont un âne amaigri, qui se tordaient de douleur et qui manquaient d’un abri, d’eau et de nourriture, ainsi que des cadavres d’équidés.

Après lui avoir expliqué les faits, la Police lui a transmis une vidéo prise le 28 septembre 2017 par un témoin, où l’on voit un cheval agonisant au sol, les côtes apparentes, et avec des spasmes au niveau du ventre. Plus tard dans la vidéo apparaît un homme prenant un godet pour l’achever.

Le prévenu, un boucher de 53 ans, avait déclaré que c’était l’un de ses employés qui s’occupait de ses chevaux. Lors de son audition, il avait également reconnu avoir enterré six cadavres par le passé.

De ce fait, l’Association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux » avait porté plainte et s’était constituée partie civile dans cette affaire.

Sur les fondements des dispositifs légaux relatifs aux actes de cruauté, notre avocat au barreau de Paris, Maître Patrice Grillon, sollicitera lors de l’audience de demain à 8 heures 30 devant le Tribunal Correctionnel de Béthune, 2 000 euros de dommages et intérêts ainsi que 1 200 euros au titre de frais judiciaires en rappelant qu’en terme pénale, le prévenu est susceptible d’encourir 2 ans de prison et 30 000 euros d’amende.

Cette enquête a débuté suite à de nombreux signalements du voisinage dénonçant l’eau stagnante, les mauvaises odeurs ainsi qu’une invasion de mouches et de moustiques dans la petite commune.

Les commentaires sont désactivés.