L’Association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux », reconnue d’Utilité Publique, sera présente aujourd’hui, jeudi 27 juin 2019 à 13 heures 15, devant le Tribunal de Police de Rouen (76), dans une affaire de mauvais traitements infligés sur des Labradors, dans laquelle elle s’était constituée partie civile.

labradors
Photo d’illustration.

Le 7 juillet 2017, la police s’est rendue dans la commune Le Petit-Quevilly suite à de nombreux signalements concernant deux Labradors qui hurlaient fréquemment au secours.

Les deux chiens, Hugo, un mâle de 7 ans et Maya, une femelle de 9 ans étaient enfermés dans un cabanon en bois et en tôles d’environ 10 mètres carré. Les policiers ont découvert les deux animaux dans un état déplorable. Affamés et assoiffés, ils vivaient dans leurs excréments et dans leurs urines.

Lors de son audition, le propriétaire a expliqué que cette situation durait depuis 1 an, et qu’il se rendait sur place tous les trois jours.

L’examen vétérinaire a révélé que Hugo avait une cataracte aux deux yeux et que Maya avait un souffle cardiaque qui nécessitait un traitement, ainsi qu’une otite.

De ce fait, l’Association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux » s’était constituée partie civile dans cette affaire et avait recueillis les deux Labradors dans son Refuge des Orphelins à Aunay-sur-Odon (14).

Sur les fondements des dispositifs légaux relatifs aux mauvais traitements, notre avocat Maître Patrice Grillon au barreau de Paris, sollicitera lors de l’audience de ce jeudi à 13 heures 15 devant le Tribunal de Police de Rouen, 800 euros de dommages et intérêts ainsi que 500 euros au titre de frais judiciaires. Il demandera également la remise définitive des animaux à un organisme de protection animale et l’interdiction au prévenu de détenir un animal pour une durée de trois ans.

Les commentaires sont désactivés.