• Contactez-nous
  • Newsletter
  • Boutique de Bienfaisance

L’association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux », reconnue d’Utilité Publique se porte partie civile au sujet d’actes de cruauté commis sur un chien par le père de la propriétaire dans la commune du Creusot (71) le mercredi 15 avril.

Les faits se sont déroulés l’après-midi du 15 avril 2020 à la cité de la Charmille au Creusot dans le département de la Saône et Loire. Ce jour-là, une véritable scène d’horreur se déroule :  un homme tue le chien de sa fille nombreux coups de couteau puis le jette par la fenêtre de son appartement situé au 3ème étage. Le chien éventré a réussi à se déplacer sur 5km puis il décède des suites de ses blessures.

Les pompiers et les policiers du Creusot sont intervenus et l’homme a été mis en garde à vue. La consommation excessive d’alcool et de stupéfiants aurait mis l’homme dans un état second. L’homme serait également responsable d’avoir menacé à mort un de ses proches.

La chienne, nommée Sultane était une croisée boxer qui avait pleins d’amour à donner et qui a fait les frais d’un homme tortionnaire, connu des services de police, récidiviste et déjà condamné à deux reprises pour actes de cruauté envers des animaux.

Le vendredi 17 avril, le parquet de Chalon sur Saône décide de placer l’homme en détention provisoire à Varennes le Grand en attendant son jugement le lundi suivant en comparution immédiate.

L’association Stéphane Lamart, la SNDA ainsi que plusieurs autres associations décident de se porter partie civile de cette affaire.

Suite au confinement, l’audience a été décalée à fin juin.

Patrice Grillon, avocat de l’association Stéphane Lamart, sera présent lors de l’audience le lundi 29 juin au tribunal de grande instance de Chalon pour demander que l’homme puisse encourir la peine maximale.

Le propriétaire du chien risque jusqu’à 4 ans de prison pour récidive et 30 000 € d’amende, ainsi que la privation définitive de posséder un animal domestique.

Les commentaires sont désactivés.