Le Maire de Caen, Joël Bruneau, a pris la décision d’interdire la venue du manège à poneys pour le bien-être animal, qui devait être présent du 3 au 26 mai 2019 lors de la foire de Pâques.

manège à poneys
Crédit : Marion Verlomme

Comme chaque année, le manège à poneys vivants devait s’installer au parc des expositions de Caen, dans le Calvados (14), au mois de mai.

Cette attraction pour enfants consiste pour les animaux attachés à des barres en fer à tourner en rond les uns derrière les autres pendant de longues heures avec des enfants sur le dos. Ces équidés n’ont pas de nourriture ni d’abreuvement à proximité. Aussi, les poneys sont contraints de stagner dans leurs déjections. Certains meurent d’épuisement.

Après plusieurs semaines de lutte, notamment à travers des courriers de sensibilisation destinés au Préfet du Calvados et au Maire de Caen, l’Association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux » obtient gain de cause à sa demande afin de faire interdire la venue du manège à poneys à la foire de Pâques.

Le Maire s’étant montré compréhensif et touché par le bien-être animal, proposera aux enfants des trampolines pour remplacer le manège. Plusieurs villes françaises ont fait le même choix au profit d’autres activités n’utilisant pas d’animaux vivants comme Soissons (02), Arpajon (91) Douai (59), et Revel (31), grâce à des pétitions ayant mobilisé la population. 

À l’étranger, la Belgique compte un nombre important de communes comme Gand, Anvers, Louvain ou Waterloo, ayant interdit cette attraction.

Stéphane LAMART déclare qu’il est important de règlementer le manège à poneys pour une initiation définitive dans notre pays.  L’Association Stéphane LAMART présentera un projet de loi aux députés.

Les commentaires sont désactivés.