• Contactez-nous
  • Newsletter
  • Boutique de Bienfaisance

L’association Stéphane Lamart milite depuis de nombreuses années pour l’anéantissement de l’utilisation des animaux pour l’expérimentation scientifique.

Nous avons, comme vous tous, vu passer les différents articles concernant le nouveau décret sur l’expérimentation animale. Nous avons reçu beaucoup de signalements de personnes choqués et inquiets à ce sujet.

Mais, à l’inverse de ce qui a été communiqué par les journalistes et la Fondation 30 millions d’amis, le décret n°2020-274 du 17 mars 2020, n’autorise pas à vendre son animal de compagnie à des fin d’expérimentation scientifique. Au contraire, les obligations des établissements utilisant des animaux se sont renforcées afin de les limiter et de mieux les contrôler.

Actuellement, pour l’expérimentation scientifique, les animaux doivent avoir été élevés à cette fin et provenir d’éleveurs ou de fournisseurs agréés. Dans l’ancien décret, des dérogations pouvaient être accordées lorsque la production des éleveurs agréés était insuffisante ou encore lorsque la production ne convenait pas eux besoins spécifiques du projet. Ce n’est désormais plus le cas avec ce nouveau décret. Des dérogations pour permettre aux laboratoires de s’approvisionner en dehors de fournisseurs agréés peuvent être accordées exceptionnellement par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation à conditions que cela soit fondé sur des « éléments scientifiquement dûment justifiés » et après avis des autres ministères concernés.

Il est important de souligner que les animaux de compagnie des particuliers ne sont absolument pas concernés par cette mesure.

La bonne nouvelle est, que ce décret prévoit également de doubler la représentation des associations de protection des animaux au sein de la commission nationale de l’expérimentation animale qui disposeront désormais de six représentants.

Cela n’enlève en rien notre implication dans la lutte contre les expérimentations animales, de toutes natures qu’elles soient, et ces explications ne défendent d’aucune manière le décret.

Les commentaires sont désactivés.