L’Association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux », reconnue d’Utilité Publique, sera présente lundi 1er juillet 2019 à 9 heures 30, devant le Tribunal Correctionnel de Fontainebleau (77), dans une affaire de mauvais traitements sur des animaux ingligés par une éleveuse, d’escroqueries, d’abus de confiance, et de vols, dans laquelle elle avait porté plainte et s’était constituée partie civile.

éleveuse
Photo d’illustration.

Depuis l’année 2017, la saint-perreyenne ne cesse de multiplier les plaintes à son encontre. L’éleveuse a de nombreuses fois employé des manœuvres frauduleuses pour arriver à ses fins comme ce fut le cas avec la société Transgourmet, Abrivert, Alliance Pastorale, Gan Assurances, SARL Ambulances terre de l’Yonne, Clinique BAILLY vétérinaire, ainsi qu’avec une centaine de particuliers. Elle a également eu recours aux détournements de fonds, aux usurpations d’identité et à la falsification de signatures.

Les propriétaires de la prévenue, lors de leur audition, avaient d’ailleurs affirmé qu’elle et son conjoint n’avaient jamais payé leur loyer, et sous-louaient l’appartement. Pour obtenir le bail, ils avaient fourni des fausses fiches de paie.

De surcroît, elle a reçu des plaintes pour des faits de mauvais traitements sur des animaux. Elle avait pour habitude d’enfermer des chiens et des chats sans soins, et de les laisser baigner dans leurs urines et dans leurs excréments. De plus, elle s’était montrée violente à l’encontre d’un chien qui avait reçu un coup de pelle. L’éleveuse est également poursuivie pour avoir maltraité des chevaux qui lui avaient été confiés. Installés dans un terrain boueux où jonchaient des déchets et des débris métalliques, ils ne disposaient ni d’un abri, ni d’eau, ni de nourriture entraînant une perte de poids conséquente, des blessures aux pieds, une infestation par les vers, la gale, et la mort d’un poney. De surcroît, elle proposait des cours payants d’équitation sans disposer d’aucun diplôme, et sur un terrain inadapté.

Le Maire a confirmé que la mise en cause laissait ses équidés divaguer dans sa commune.

De ce fait, l’Association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux », a déposé plainte et s’est constituée partie civile dans cette affaire.

Sur les fondements des dispositifs légaux relatifs aux mauvais traitements, notre avocat Maître GHORAYEB au barreau de Paris, sollicitera lors de l’audience de lundi à 9 heures 30 devant le Tribunal Correctionnel de de Fontainebleau, 2000 euros de dommages et intérêts ainsi que 1200 euros au titre de frais judiciaires. Elle demandera également, sous le bénéfice des réquisitions du procureur, l’interdiction de détenir à titre définitif un animal et d’exercer une activité professionnelle ou bénévole au contact d’animaux, et ordonnera la confiscation des animaux en sa possession.

Les commentaires sont désactivés.