Bien que présentés comme des lieux de vie idéaux pour les dauphins, les delphinariums ne sont en fait que des prisons. Si les spectateurs ont l’impression de voir des animaux joyeux partageant une relation complice et amicale avec leurs dresseurs, la réalité en est toute autre.

Crédits : Captivity

Pour effectuer les figures imposées et obéir à la perfection, les dauphins ne sont pas simplement « dressés », ils sont affamés ! Un dauphin a besoin de plus de 20 kilos de nourriture par jour, un poisson par tour est donc une récompense très légère en comparaison à ses besoins. Plus encore, les dauphins sont arrachés de leur milieu naturel pour servir d’esclave dans l’unique but de divertir un public pas ou peu informé sur ce qu’ils endurent pour le plaisir des yeux. Alors imaginez-vous passer toute votre vie enfermé dans une pièce, seul, attendant de recevoir des ordres en espérant une récompense qui puisse combler votre faim. C’est ce que vivent chaque jour les dauphins dans les delphinariums…

Crédits : One Green Planet

De surcroît, l’espérance de vie des dauphins en captivité est réduite de moitié et ils se trouvent plus sujet au stress et aux maladies dues à l’eau chlorée. De plus, les dauphins sont des animaux intelligents et sociaux, qui ont conscience d’eux-mêmes à tel point qu’ils se reconnaissent dans un miroir.

Un vide juridique

En mai 2017, un arrêté interministériel avait été rendu visant à interdire progressivement la captivité des dauphins ainsi que la reproduction de ces animaux en captivité. Ségolène ROYAL, Ministre de l’Environnement de l’époque en est à l’origine. Malheureusement, il a été annulé fin janvier 2018. La conséquence de ce recul est d’une part un vide juridique et d’autre part un énième statu quo, intolérables pour les espèces concernées.

Au niveau mondial

En Europe, dès les années 1990, le Royaume-Uni a imposé la fermeture des delphinariums en restreignant jusqu’à l’impossible la captivité des cétacés. La Croatie a interdit ces structures en 2009 ainsi que la Finlande également dès 2016, du fait du désintérêt et de la sensibilité de la population. L’Autriche, Chypre, l’Estonie, la Lettonie, la Hongrie, la Pologne, le Luxembourg, la Slovaquie, la République tchèque, l’Irlande et la Slovénie et la Norvège se sont ainsi positionnés contre ces dispositifs.

En Amérique latine, le Nicaragua, le brésil, le Costa Rica ont pris la même direction. Au Chili c’est une loi qui interdit cela depuis 2005.

En Inde il est à noter qu’une loi de 2013 accorde aux dauphins un statut particulier, celui de « personne non-humaine », ce qui est une avancée inouïe et empêche la captivité de ces animaux (source : Réseaucétacés).

Crédits : X-Ray Magazine

Refusez ces spectacles et ne banalisez pas leur souffrance. Ne participez pas à la mort accélérée des dauphins !

Les commentaires sont désactivés.