Sanglier dévoré par les dogues argentins

Déroutant, oppressant, inimaginable, abominable… tels sont les mots qui nous viennent à l’esprit pour qualifier ces faits venus tout droit d’une autre époque. En 2014, dans le Var (83) à Signes, une affaire de chasse avec des dogues argentins a fait grand bruit, elle a suscité critiques et médiatisation pendant plusieurs jours.

Des molosses sont lâchés dans une enceinte avec un pauvre sanglier afin de le traquer jusqu’à son épuisement. Pendant de longues minutes l’animal se voit pris en partie par la meute sans aucune échappatoire. L’issue ne laisse aucun doute, le sanglier meurt, dévoré par les chiens.

Les propriétaires de ces enclos funestes ont justifié leurs actions en expliquant qu’ils étaient en totale légalité avec les règles régissant leur activité, la chasse… avec des dogues argentins. De plus, ces responsables organisaient depuis de nombreuses années des battues similaires.

La mise à mort de l’animal est recherchée

L’utilisation des dogues argentins ou chiens de chasse est intentionnellement agressive. En effet, son utilisation a pour but d’entrainer chez l’animal chassé des blessures graves. La mort est recherchée et provoquée avec beaucoup de violence.

Depuis 2014 et ce, quelques semaines après l’affaire de la chasse des dogues argentins à Signes, une modification de l’arrêté du 1er août relatif à divers procédés de chasse, de destruction des animaux nuisibles et à la reprise du gibier vivant dans un but de repeuplement a été adoptée. Cette modification est la suivante :

« L’interdiction de l’usage des molossoïdes, dogue argentin inclus, pour la chasse en France est opportune tant d’un point de vue de la sécurité publique que pour éviter certaines pratiques de chasse prisées sous d’autres latitudes mais qui ne sont pas conformes à la pratique de la vénerie dans notre pays »

La puissance du dogue argentin

Créé en 1920 en Argentine par croisement afin de chasser notamment le sanglier et le puma, le molosse mesurant en moyenne 65 centimètres pour un poids de 40 kilos possède une mâchoire surpuissante. Le Docteur Antonio Nores Martinez, créateur de la race était un passionné de chasse. Ce dernier cherchait à créer un chien performant pour la Caza Major, la chasse au gros gibier. Le dogo, diminutif de la race appartient à la famille des molosses.

Un animal de compagnie protecteur

En France, le dogue argentin, est un animal de compagnie « affectueux » et « protecteur » envers ses propriétaires. Il échappe au classement des chiens dangereux créé par une loi de 1999 contrairement aux pit-bulls et aux rottweilers.

Ce magnifique chien nest évidemment pas à mettre entre les mains de tout le monde. Une certaine connaissance de lanimal est préférable. Comme mentionné tout au long de larticle le dogue argentin, utilisé au départ pour combattre des taureaux et chasser des sangliers et des pumas à un caractère bien affirmé. L’éduquer dès son plus jeune âge est important afin qu’il sache se montrer bienveillant à l’égard de son environnement, bienveillance reconnue par de très nombreuses familles qui ont adopté cet animal.


« Lhomme est le plus cruel de tous les animaux, il est le seul capable dinfliger une douleur à ses congénères sans autre motif que le plaisir »


Mark Twain, écrivain

Les commentaires sont désactivés.