L’Association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux », reconnue d’Utilité Publique, sera présente demain mercredi 20 mars 2019, à 8 heures 30, devant le Tribunal Correctionnel de Caen, dans le cadre d’une affaire d’acte de destruction d’espèce protégée infligé sur des hérissons. Dès la connaissance des faits, notre association avait porté plainte avec constitution de partie civile.

Dans la soirée du 17 septembre 2018 à Ifs (14), un délinquant qui venait de capturer 13 hérissons à l’aide de son chien avait été interpellé par la brigade canine de la commune. Au total, 13 spécimens avaient été découverts par les fonctionnaires de police dans un sac dans le coffre du véhicule du mis en cause.

En effet, le braconnier était en toute impunité en train de traquer des hérissons, espèce bénéficiant d’un statut de protection en vertu de l’arrêté du 23 avril 2007 interdisant de transporter, détruire, mutiler, capturer, naturaliser ou encore vendre des hérissons.

Cette chasse interdite participe en plus à la destruction de l’espèce qui est aujourd’hui en danger. Les petits mammifères insectivores sont de plus en plus menacés par les humains à cause notamment des pesticides disséminés dans la nature, la destruction de leur habitat naturel ou encore des cas d’écrasement sur la route.

Selon l’article L 415-3 du Code de l’Environnement toute destruction d’espèce protégée est passible d’une sanction pénale de deux ans d’emprisonnement et de 150 00 euros d’amende.

De ce fait, l’Association Stéphane LAMART avait déposé plainte avec constitution de partie civile contre le braconnier.

Notre avocat à la Cour de Paris, Maître Patrice GRILLON sera présent à l’audience afin de plaider les faits d’acte de destruction d’espèce protégée et demandera la somme de 2000 euros de dommages et intérêts ainsi que 1200 euros au titre des frais d’avocat.

Les commentaires sont désactivés.