L’Association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux », reconnue d’Utilité Publique, sera présente lundi 25 mars 2019 à 8 heures 30 devant le Tribunal Correctionnel de Caen, dans le cadre d’une affaire de sévices graves infligés sur un chien. Dès la connaissance des faits, notre association avait porté plainte avec constitution de partie civile.

Déjà condamné à deux reprises, le 27 juin et 18 juillet 2018 devant le Tribunal Correctionnel de Caen (14) pour des sévices graves sur une trentaine de chats, l’auteur des faits, un ingénieur et père de famille de 50 ans est de nouveau convoqué devant le Tribunal Correctionnel pour avoir poignardé un chien de la SPA en plein cœur.

En effet, le 1er avril, lors d’une journée portes ouvertes organisée par la SPA de Basse-Normandie, située dans la commune de Verson (14), le quinquagénaire s’était dirigé dans le box d’Inca, croisé Beauceron pour s’en prendre à l’animal. L’individu qui avait dans sa main un couteau avait poignardé en plein cœur l’animal, qui quelques minutes plus tard avait été découvert mort, baignant dans son sang par le personnel du refuge.

Lors de sa garde à vue, le tortionnaire avait reconnu avoir poignardé Inca.

De ce fait, l’Association Stéphane LAMART « pour la défense des droits des animaux » avait déposé plainte avec constitution de partie civile contre le mis en cause.

Sur le fondement des dispositifs légales relatives aux sévices graves, notre avocat au barreau de Paris, Maître Patrice GRILLON sollicitera lors de l’audience de lundi 2 000 euros de dommages et intérêts ainsi que 1 200 euros au titre de frais judiciaires en rappelant qu’en terme de condamnation pénale, le prévenu est susceptible d’encourir 2 ans de prison et 30 000 euros d’amende.

Mise à jour : audience renvoyée au 5 juillet 2019

Les commentaires sont désactivés.