Actualités

21Juin 2022

Faire nager des rats jusqu'au désespoir : une indignation


Alors que ces pratiques barbares devaient être révolues, un laboratoire français va mettre en place un projet cette année qui va électrocuter 600 rats à répétition pendant 2 jours et les forcer à nager sans échappatoire dans le but d'étudier comment le stress chronique peut mener à une dépression. C'est une honte pour le ministère de la Recherche.

 

En quoi consiste ce test ?

 

Ce n'est ni plus ni moins un test cruel qui consiste à forcés des rongeurs à nager dans des contenants d'eau !

 

Des chercheurs placent des souris, rats, cochons d'Inde, hamsters et gerbilles dans des contenants remplis d'eau. Les animaux pris de panique tentent de s'échapper en escaladant les bords du bécher ou même en plongent pour chercher une sortie sous l'eau. Ils pagaient frénétiquement, tentant désespérément de garder la tête hors de l'eau. Au bout d'un moment, ils se mettent à flotter.

 

D'où nous vient cette monstrueuse expérimentation ?

 

Certaines formes de cette expérience sont menées au moins depuis les années 1950, du temps où Curt Richter, célèbre expérimentateur de l'Université Johns Hopkins, forçait des rats à nager dans des cylindres remplis d'eau jusqu'à ce qu'ils se noient. La pratique est popularisée en 1977 par un expérimentateur nommé Roger Porsolt, qui l'appelait le « test de désespoir comportemental ».

 

Pourquoi ce test ?

 

Porsolt a découvert que les rats qui recevaient des antidépresseurs pour humains luttaient et nageaient plus longtemps que les autres rats avant de se mettre à flotter, et il en a conclu que ceux qui nageaient moins longtemps étaient dans un état de « désespoir ». Mais cette expérience est lourdement critiquée par d'autres scientifiques qui argumentent que le flottement n'indique pas de désespoir, mais un signe positif d'apprentissage, d'économie d'énergie et d'adaptation à un nouvel environnement.

 

En bref, cela inflige une souffrance inutile pour l'animal.

 

C'est malheureusement près de 5 461 souris, 1 066 rats, 748 gerbilles et 305 cochons d'Inde qui ont été soumis à ce test cruel de nage forcée par les géants de l'industrie pharmaceutique comme le rapportent 45 documents publiés et 16 brevets déposés au cours des 30 dernières années.

 

Ces expériences ne font rien de plus que terrifier des animaux et retarder le développement de nouveaux traitements efficaces pour soigner la dépression qui est plus que nécessaire.

 

Il est urgent d'intervenir pour interdire ces tests !

 

Source : petafrance.com

 

 

 


Partager :

Restez informé(e) grâce à notre newsletter

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient exploitées dans le cadre de la lettre d'information fournie par l'Association Stéphane Lamart.