Actualités

29Octobre 2021

Les horreurs de l’abattoir Bigard : le ministre de l’Agriculture réagit

L'association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux » a déposé plainte aux côtés de L214 Ethique et Animaux contre l'abattoir du groupe Bigard (marques Charal et Socopa) à Cuiseaux en Saône-et-Loire pour sévices graves commis envers des animaux.

Infiltré dans un abattoir Bigard, un enquêteur de L214 a filmé l'horreur dans ce lieu où 500 vaches sont tuées chaque jour : prélèvement du sang sur des fœtus de veaux sur le point de naître, abattage de leur mère, égorgement de bovins conscients.

Après la révélation de cette enquête au grand public le 28 octobre 2021, le ministre de l'Agriculture, Julien Denormandie, a ordonné une enquête approfondie des pratiques de cet abattoir, et a déclaré qu'il prendra « toutes les mesures, et notamment les sanctions, qui s'imposent selon les conclusions de cette inspection ».

Le groupe Bigard continue de s'opposer à la transparence concernant la mise à mort des animaux. En effet, lors de la commission d'enquête sur les conditions d'abattage des animaux de 2016, Jean-Paul Bigard a déclaré que « l'acte de mort est totalement verrouillé. [..] nous n'avons aucun intérêt à mettre en scène et à ouvrir le début d'une chaîne d'abattage. [...] Bigard, Charal et Socopa investissent des sommes considérables dans la communication. Avec les “Hachés de nos régions”, on voit furtivement, pendant une seconde, un troupeau de vaches normandes, mais tout de suite après on parle de viande et surtout pas de ce qui se passe dans l'abattoir. »

Nous connaissons désormais la véritable raison de cette non-transparence, les abattoirs du groupe Bigard sont synonymes de violence et d'horreur pour tous les animaux qui s'y trouvent. Les différentes infractions découvertes doivent cesser et être sanctionnées au plus vite.

Nous vous invitons à signer la pétition de L214 :

INTERDISONS L’ABATTAGE DES VACHES GESTANTES ET L’ABATTAGE SANS ÉTOURDISSEMENT

Photo © L214


Partager :

Restez informé(e) grâce à notre newsletter

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient exploitées dans le cadre de la lettre d'information fournie par l'Association Stéphane Lamart.