Actualités

15Juin 2021

5 mineurs condamnés pour avoir sauvagement tué 2 moutons

L'Association Stéphane LAMART « Pour la défense des droits des animaux », reconnue d'Utilité Publique, s'est constituée partie civile le 10 juin 2021, devant le Tribunal pour Enfants de Saint-Nazaire (44) lors de l'audience de 5 prévenus mineurs au moment des faits poursuivis pour sévices graves et acte de cruauté sur des moutons à Guérande (44).

Les faits se sont déroulés le 11 mai 2020, lorsque 5 mineurs âgés de 16 à 17 ans ont tout d'abord volé un mouton appartenant à la mairie de Guérande (44). Par la suite, ils ont décidé d'enfermer le mouton dans les couloirs de leur lycée, sans eau ni nourriture pendant tout le week-end. Selon eux, « c'était drôle d'imaginer la tête des élèves le lundi matin avec un mouton dans les couloirs ».

Les 5 jeunes avaient l'habitude de trainer ensemble pour fumer et boire, tout en squattant une maison qu'ils se sont amusés à détruire et à dégrader pour passer le temps. Quelques jours plus tard, ils ont volé un deuxième mouton qu'ils ont cruellement assassiné dans la maison, en laissant le cadavre sur place. Le calvaire a recommencé une nouvelle fois plusieurs jours après, lorsque les 5 jeunes ont décidé de revoler un troisième mouton avant de le tuer sauvagement à côté du cadavre du précédent mouton juste « pour s'amuser ».

Lors de l'audience du 10 juin 2021 au Tribunal pour Enfants de Saint-Nazaire, le Procureur a requis des peines de prison avec sursis probatoire et l'interdiction de détenir des animaux sur une période à déterminer.

Le Tribunal a rendu son jugement : les 5 individus ont été condamnés à une peine de prison d'une durée variable selon les prévenus de 3 mois, 5 mois, 6 mois et 8 mois, avec pour chacun sursis probatoire pendant 2 ans, avec obligation de soins addictologiques et psychologiques et obligation de travailler ou de formation. Ils ont également tous les 5 l'interdiction de détenir des animaux pendant 2 ans.

Sur intérêts civils, le Tribunal les a condamnés à payer chacun solidairement avec leurs parents la somme de 160 € à l'Association Stéphane LAMART, soit un total de 800 € de dommages-intérêts, outre 800 € au titre des frais judiciaires.

L'Association Stéphane LAMART, par la voix de son président se dit satisfaite du jugement rendu. En effet, par rapport aux affaires que nous avons plaidé devant le Tribunal pour Enfants, c'est la première fois qu'une peine d'interdiction de détenir des animaux a été prononcée à l'encontre de mineurs. 

 Photo d'illustration. 


Partager :

Restez informé(e) grâce à notre newsletter

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient exploitées dans le cadre de la lettre d'information fournie par l'Association Stéphane Lamart.