Actualités

1Août 2022

Deux abattoirs de Bretagne suspendent les abattages rituels

L'abattage rituel consiste à laisser les animaux dits de « boucherie » se vider de leur sang. L'animal conscient est alors immobilisé et sa gorge est tranchée. Avec la cadence imposée aux salariés et leur manque de formation, les loupés sont malheureusement fréquents. La souffrance de l'animal est de longue durée. Elle a été étayée par des professionnels de la santé animale et il est ainsi scientifiquement prouvé que l'animal agonise jusqu'à 14 minutes avant de rendre son dernier souffle.

Malheureusement, même si l'abattage sans étourdissement est interdit en France, il est autorisé dans le cadre du culte juif (pour la viande « casher ») et du culte musulman (pour la viande « halal »). Cette dérogation leur permet de ne pas étourdir les animaux avant leur mise à mort et de les égorger dans un établissement d'abattage par un sacrificateur agréé.

Deux abattoirs du groupe Intermarché situés en Bretagne ont décidé d'arrêter l'abattage sans étourdissement au nom du bien-être animal. Ils représentaient 15% du nombre total d'abattages sur les deux sites.

Les abattoirs ont déclaré qu'ils souhaitaient participer à « la prise de conscience sociétale » même s'il faut se passer des marchés de viande hallal ou casher.

Selon i24news, Intermarché a déclaré que cette initiative reflétait « les préoccupations grandissantes de la société concernant la bientraitance animale ».

L'association Stéphane LAMART salue ainsi cette initiative et invite tous les abattoirs à faire de même et à suspendre les abattages rituels sans étourdissement.

À terme, nous souhaitons que l'ensemble des animaux soient étourdis sans qu'aucune distinction ne soit faite au nom de la religion. Les animaux ne méritent pas de faire les frais de nos croyances et de nos habitudes alimentaires.


Partager :

Restez informé(e) grâce à notre newsletter

En soumettant ce formulaire, j'accepte que les informations saisies soient exploitées dans le cadre de la lettre d'information fournie par l'Association Stéphane Lamart.